sábado, noviembre 17, 2018

Constatación Amarga



Estoy cansado, ya tuve suficiente de combatir a los míos. No me sorprendería si me matan con sus propias manos. Nosotros... ver para creer, pero me temo que ese nosotros es apenas una ilusión: todos son adeptos a su propio camino. Nadie nos respeta y creo saber por qué: somos mezquinos y estamos divididos. Nos dejamos engañar, ni siquiera formamos una comunidad por estar preocupados por la necesidad. Seremos todos miopes, incapaces de ver más lejos? No queremos el beneficio, queremos la ganancia sin importar si se destruye el interés común. 



Vivimos inconscientes de los desafíos. Y contra nuestra voluntad, los medios de comunicación nos montaron en el juego. Manipulados como peones, todo el mundo cuenta con nuestra división. Sufrimos la xenofobia, somos incapaces de organizarnos en lobby. Siempre seremos mendigos a las puertas de su mundo mientras creamos que el respeto se mendiga. El respeto se impone y la lucha es económica. Observa la comunidad asiática. Nosotros hacemos mucho ruido y pocas cifras, damos pocos golpes y recibimos muchas bofetadas. 

Impunemente, los medios de comunicación nos difaman porque son conscientes de que insultarnos no comporta ningún riesgo para ellos. No intimidamos a nadie, somos el hazme reír de todos. Y nuestros motines se celebran lejos del Elíseo. Aparte de quemar algunos coches de pobre gente como nosotros y de sabotear nuestras propias estructuras, ¿dónde está nuestra Revolución? ¿dónde está nuestra evolución? Llevamos en Francia varias generaciones y dónde estamos?

Aunque duela, es necesario reconocer que estamos abajo en la escala social. Somos los más apuntados por la mira de los medios de comunicación, entonces explícame por qué somos los más divididos. Nos quejamos del racismo pero también somos racistas: son ellos contra nosotros pero sobre todo somos nosotros contra nosotros: argelinos contra marroquíes, marroquíes contra tunecinos, antillanos contra magrebíes, magrebíes contra africanos, turcos entre sí... 

Hasta en las mezquitas nuestros corazones se han dividido porque cada uno quiere dirigir, cada uno quiere dominar y cada uno evita considerar la posibilidad de que lo mejor sea paquistaní. Podemos plantearnos la cuestión: ¿quiénes son los más racistas? Sólo hace falta observar los problemas que plantean los matrimonios mixtos. No podemos reprochar a otros lo que también hacemos. 

Pongo el dedo en la llaga, es normal que este texto incomode. Jamás habrá evolución sin un profundo cuestionamiento. ¿Hay alguien más loco que un loco que cree tener la razón? 

¿Debo precisar mi punto de vista? Mientras nos tomemos por lo que no somos, podremos correr en todos los sentidos, pero jamás daremos un solo paso. La pobreza no puede excusar el comportamiento incivilizado. La agresividad constante y los insultos, a fin de cuentas, son usados por aquellos que nos hacen pasar por incultos. Sólo favorecen a los que nos odian: Nos señalan como el problema y por ello nos difaman. Comprende que sirves de idiota útil mientras no tengas ninguna visión. ¿Si no te gusta ser golpeado, por qué extiendes el bastón?

Quieres derribar el sistema? Vomita la píldora y comienza a refutar su manipulación. Para que una rebelión triunfe, debe ser pensada. Además, no se conduce una revolución con los pantalones abajo. Pero los nuestros que entran a la política nos traicionan: se complacen con el papel del Árabe o del Negro de servicio. Basta poco para corromperlos, no es que el sistema los confunda. Servimos de trapero sólo cuando nos arrastramos. Perdiste y estás perdido cuando esperas ser alguien negando tu identidad. Sufren de un mal perdurable porque la traición es desechable. Y cada traidor se sienta en un asiento eyectable.

Al mismo tiempo los nuestros que triunfan se ven forzados a huir antes de que la envidia los azote porque en el corazón de los envidiosos y a los ojos de los incapaces el éxito te hace culpable. ¿Es una excusa para justificar el egoísmo y escapar del pasado en Lexus?

Difícil de tender la mano sin hacerse cortar el brazo. ¿Pero si no me ocupo de los míos, quién lo hará? Pasa que en nuestra casa el éxito también conduce a un callejón sin salida porque los últimos quieren matarte para ser primeros. Y a tus hermanos desaparecidos, a los que continúas llorando, no fueron los polis quienes los mataron. Somos las primeras víctimas de nuestra propia violencia, prueba de nuestra profunda ignorancia. Nos matamos por el hash, por la coca o por el dinero. Y pronto nos mataremos por una tiradera. 

Necesitamos solidaridad si queremos la esperanza de un día superar la precariedad. No sólo detestando a otros uno crece, en tu espejo ves a veces a tu peor enemigo. 

Jamás seré su líder. No tengo la virtud, ni el valor, ni el rigor. Si tengo un mérito, es el de haber intentado. Y si tengo una pretensión, es la de amarlos. Y aquel que ama no engaña. Dibujo un retrato sombrío pero sólo describo lo que veo. Aterriza, deja que tus ilusiones zarpen al mar. Cuando tus ojos se abran, al igual que yo harás esta constatación amarga 

Esta constatación amarga, esta constatación amarga, esta constatación amarga...

Necesitamos solidaridad si queremos la esperanza de un día superar la precariedad. No sólo detestando a otros uno crece, en tu espejo ves a veces a tu peor enemigo. Todos son adeptos a su propio camino. Nadie nos respeta y creo saber por qué: somos mezquinos y estamos divididos. Nos dejamos engañar, ni siquiera formamos una comunidad.

Necesitamos solidaridad si queremos la esperanza de un día superar la precariedad. No sólo detestando a otros uno crece, en tu espejo ves a veces a tu peor enemigo. Todos son adeptos a su propio camino. Nadie nos respeta y creo saber por qué: somos mezquinos y estamos divididos. Nos dejamos engañar, ni siquiera formamos una comunidad.

















Kery James

Versión al español de Mauricio Alejandro Moreno




martes, noviembre 13, 2018

Canallas


¿Has tenido suficiente, eh? Has tenido suficiente de esta partida de canallas. Te vamos a quitar ese peso de encima. 



¡Canallas!
Deberíamos usar una aspiradora con ustedes. Cuando el pueblo despierte la van a pagar caro

¡Canallas!

Sentimos que votar es escoger de entre ustedes al próximo estafador

¡Canallas!
Republicanos o PS. Guárdense sus promesas en su bolsa marca Hermès
¡Canallas!
Ustedes nunca conocieron la precariedad. Ustedes viven alejados de nuestra realidad 

¡Canallas!
La gente lo piensa, yo lo hago música. Y para aquellos que todavía lo ignoran, yo lo hago público. No apoyo a ningún partido, marcho en contra de sus trucos. Sus programas electorales son sólo villancicos


¡Canallas!

Escogemos a los mismos y empezamos de nuevo. Las mismas promesas, las mismas mentiras. Los mismos con el tesoro, los mismos que se hunden. Los mismos en apuros, los mismos que se regodean


¡Canallas!
Los mismos mentirosos trafican las mismas cuentas. Los mismos ayudantes al servicio de los mismos peces gordos. Los mismos hijos de pobres son encarcelados. Los mismos hijos de burgueses son formados para regir. Esperamos que un hombre del pueblo emerja, pero es raro encontrar un candidato con bolsillos impecables.

Mi aversión al sistema permanece intacto. ¿Cuál de ellos puede tirar la piedra sobre Cahuzac? ¡Canallas¡Claude Guéant, Canalla! ¡Balkany, Canalla! ¡Jean François Copé, Canalla¡Philippe Bernard, Canalla! ¡Harlem Désir, Canalla! Alain Juppé, Canalla!

Ellos, todos los citados, han sido condenados: los ciudadanos que hacen negocios como endemoniados


¡Canallas!
Ustedes fueron confrontados por el grupo TándemY siguen haciendo lo mismo con Francia, hasta desangrarla, hasta que se quiebre como Grecia o Italia. Ustedes han lastimado el país hasta la agonía

¡Canallas!

¿La acumulación de mandatos hasta dónde irá? ¿Es esta la acumulación de salarios que ustedes desean?

¡Canallas!

Como toda la Francia de abajo, no creo más en los políticos. Continúo el combate, creo en el despertar ciudadano
¡Canallas!
Para cambiar las cosas se necesita querer hacerlo, pero ustedes no tienen una causa honda, sólo buscan poder

¡Canallas!
Ustedes hacen política sin convicción, a veces hasta lo hacen para evadir la prisión
¡Canallas!
En traje de corbata son los verdaderos bandidos. Ustedes ya no creen en nada, ya nadie cree en ustedes
¡Canallas!
Hay que observar las tasas de abstención, no se puede tomar tanto a la gente por idiota, cuidado
¡Canallas!
¿Sienten el viento girar como sus chaquetas? Entre ustedes y la calle, hay más que el CRS
¡Canallas!
Sin aliento, su sistema está en un punto muerto. Al tratar de resistir, es un entuerto
¡Canallas!
Ustedes son elegidos para una tarea, pero no la llevan a cabo: ustedes hacen lo contrario, de cabo a rabo. Esto no les molesta

¡Canallas!
Y si el pueblo tiene la idea de rebelarse, ustedes disponen de un ejército de polis bien entrenados y fanáticos 
¡Canallas!
El diálogo social yace en un ataúd: los policías tiran del Flash-ball y puedes perder un ojo
¡Canallas!
Ustedes alimentan el fastidio a la policia pues la usan como arma privatizada.



El político, sea mujer u hombre (por el momento, posiblemente mañana habré cambiado de opinión) no sirve para nada, es un prestador de servicios... Estas putas deudas, que joroban a todo el mundo, que sirven a los pueblos en bandeja, que les ponen de rodillas, etcétera, no logramos salir de ellas, como tampoco de los políticos... uno no sale de ellas, putas deudas... ¡Porque el banco es más fuerte que uno!


¡Canallas!

Todo el mundo lo sabe, es evidente; ustedes están completamente sometidos a las finanzas
¡Canallas!
Ustedes votan las leyes que los burgueses les encargan. Después del 49.3 nada me asombra
¡Canallas!
Trabajamos más y ganamos menos. Esperamos justo la primavera europea
Cotizamos para jubilaciones que posiblemente jamás veremos: todo el dinero que se recauda ustedes lo retienen
¡Canallas!
A fin de cada mes en números rojos, uno tiene la impresión de ser esclavo del sistema bancario
¡Canallas!
Hasta los burgueses conocen el juego, gozan de paraísos fiscales mientras las pequeñas PYME se hunden bajo las cargas sociales

¡Canallas!
¡Radar, pagamos! ¡Peaje, pagamos! ¡Contaminación, pagamos!
¡Canallas!
¡Oh! ¿Qué hacen con todo ese dinero? ¿Qué hacía Eric Zemmour en una cadena pública?
¡Canallas!
Pagan para propagar su odio. Siembran semillas que el FN cosecha. Incluso frecuentan a Marine Le Pen. Cualquiera que combata al Islam puede sentarse a su mesa.
¡Canallas!
Incapaces de gobernar, ustedes dividen
¡Canallas!
Incapaces de unir, ustedes estigmatizan

¡Canallas!
Cegados por el poder, sus corazones están más velados que la cara de una mujer con velo
¡Canallas!
Sus supuestos principios laicos, no conciernen a la saudí en los Campos Elíseos. Para ustedes todo es negociable, todo es cuestión de dinero... están incluso dispuestos a entregar los suburbios a Qatar
¡Canallas!
Su juego es turbio
¡Canallas!
Su discurso es doble

¡Canallas!
En el país que se dice de los derechos humanos
¡Canallas!
El Estado de emergencia se hizo la norma. Y ustedes pretenden enseñarle al mundo entero a imponer la democracia a golpes de mortero.
Sin piedad ustedes asesinaron a Gaddafi ¿Hoy en cuál estado se encuentra Libia?
¡Canallas!
La gente lo sabe, yo le pongo música. Sus medios de comunicación lo callan, yo lo hago público.

Les hago frente como un pillo del Minguettes. ¿Es esta la clase de texto que puede valerme una ficha S?
No doy el brazo a torcer. No me bajo el pantalón, la cabeza en alto, soy íntegro.
Hago Hip hop. Ustedes le llaman música negra.

Soy independiente, nunca me verán poner un pie en Skyrock (jamás, jamás).  No les gusta lo que soy, lo que defiendo, lo que visto.
Es recíproco
Hicieron del R-A-P un travesti. Soy uno de los sobrevivientes
Ensalzaron la mediocridad. Hicieron un Hip Hop de etiqueta. Promueven clashes para dividirnos y mientras esto sube la audiencia podemos imaginar que cuando un rapero se haga matar, organizarán un concierto en nombre de la paz: ¡Sí, claro!
Compongo música contestataria. Ustedes venden espacios publicitarios
¡Canallas!
Me sacrifiqué por mi hermanos menores, pero ustedes se han servido de cosas que los llevan al cementerio
¡Canallas!
Dinero y violencia en sus listas de reproducción. Ustedes embrutecen a los míos y eso le place a las élites.
¡Canallas!
Se servieron de mí, me serví de ustedes. Pero ya no los necesito para que mi mensaje llegue a más gente: tengo un público que me sostiene
Hice cosas, el pueblo se acuerda
La gente lo vomita, yo lo hago público
Nada ha cambiado desde Carta a la República.















Kery James

Versión al español de Mauricio A. Moreno



domingo, noviembre 11, 2018

Vol


Seul celui qui aime vole. Mais qui aime au point
d'être comme l'oiseau le plus léger et le plus fugitif ?
S'enfonçant va cette haine qui règne sur tout ce qui

voudrait remonter par lui-même directement en vie.

Aimer... Mais qui aime ? Voler... Mais qui vole ?
Je conquerrai le bleu avide de plumage,
mais l'amour, toujours en bas, se désole
de ne pas trouver le ailes qu'un certain courage donne.

Un être ardent, clair en désirs, ailé,
voulut monter, avoir la liberté pour nid.
Il voulut oublier que l'homme s'en éloigne enchaîné.
Où il manquait des plumes, il mit courage et oubli.

Il allait si haut parfois, que resplendissaient
sur sa peau le ciel, sous sa peau l'oiseau.
Être qui te confondis un jour avec une alouette,
tu t'abattis un autre jour comme la grave grêle.

Tu sais déjà que les vies des autres sont des dalles
avec lesquelles t'emmurer : des prisons avec lesquelles avaler la tienne.
Passe, vie, entre les corps, entre les superbes grilles.
À travers les grilles, que le sang libre afflue.

Triste instrument joyeux de se vêtir ;
tuyau qui nos force à convoiter et à respirer le feu.
Épée dévorée par un usage constant.
Corps dans l'horizon fermé duquel je me déploie.

Tu ne voleras pas. Tu ne peux pas voler, corps qui erres
à travers ces galeries où l'air est mon nœud.
Plus tu te débats pour monter, plus tu fais naufrage.
Tu ne hurleras pas. Le champ continue désert et muet.

Les bras ne battent pas des ailes. Ils sont à peine une queue
que le cœur voudrait lancer au firmament.
Le sang s'attriste à force de se débattre seul.
Les yeux deviennent tristes à force de méconnaître.

Chaque ville, endormie, se réveille folle, exhale
un silence de prison, de songe qui brûle et pleut
comme un élytre enroué de ne pas pouvoir être aile.
L'homme gît. Le ciel s'élève. L'air bouge.













Miguel Hernández

Traduction de Sara Solivella et Philippe Leigne


L'Art D'Aimer


Avec la coupe sertie d’azur,
Attends-la
Auprès du bassin, des fleurs du chèvrefeuille et du soir,
Attends-la
Avec la patience du cheval sellé pour les sentiers de montagne,
Attends-la
Avec le bon goût du prince raffiné et beau,
Attends-la
Avec sept coussins remplis de nuées légères,
Attends-la
Avec le feu de l’encens féminin omniprésent,
Attends-la
Avec le parfum masculin du santal drapant le dos des chevaux,
Attends-la
Et ne t’impatiente pas. Si elle arrivait après son heure,
Attends-la
Et si elle arrivait, avant,
Attends-la
Et n’effraye pas l’oiseau posé sur ses nattes,
Et attends-la
Qu’elle prenne place, apaisée, comme le jardin à sa pleine floraison,
Et attends-la
Qu’elle respire cet air étranger à son cœur,
Et attends-la
Qu’elle soulève sa robe qu’apparaissent ses jambes, nuage après nuage,
Et attends-la
Et mène-la à une fenêtre qu’elle voit une lune noyée dans le lait,
Et attends-la
Et offre-lui l’eau avant le vin et
Ne regarde pas la paire de perdrix sommeillant sur sa poitrine,
Et attends-la
Et comme si tu la délestais du fardeau de la rosée,
Effleure doucement sa main lorsque
Tu poseras la coupe sur le marbre,
Et attends-la
Et converse avec elle, comme la flûte avec la corde craintive du violon,
Comme si vous étiez les deux témoins de ce que vous réserve un lendemain,
Et attends-la
Et polis sa nuit, bague après bague,
Et attends-la
Jusqu’à ce que la nuit te dise :
Il ne reste plus que vous deux au monde.
Alors porte-la avec douceur vers ta mort désirée
Et attends-la!...













Mahmoud Darwish

Traduction : Elias Sanbar


viernes, noviembre 09, 2018

Le Joueur De Dés


Qui suis-je pour vous dire
Ce que je suis en train de vous dire ?
Moi qui ne suis pas un galet que les eaux ont tellement poli
Qu'il est devenu une figure
Ni un roseau que les vents ont tellement percé
Qu'il est devenu une flûte…

Je suis le joueur de dés
Tantôt je gagne, tantôt je perds
Je suis comme vous
Ou un peu moins...

Je suis né à côté du puits
Et des trois arbres solitaires comme des nonnes
Je suis né sans cérémonial ni sage-femme
Et l’on a choisi mon nom par hasard
J’ai appartenu à une famille par hasard
J’en ai hérité les traits, les qualités
Et les maladies :

Premièrement - une malformation au niveau des artères
Et l’hypertension
Deuxièmement - la timidité à m’adresser à père, à mère
Et à la grand-mère - l'arbre
Troisièmement - l’espoir de soigner la grippe
Avec un verre de camomille bien chaud
Quatrièmement - une paresse à parler du faon et de l’alouette
Cinquièmement - une lassitude les nuits d’hiver
Sixièmement - un flagrant échec à chanter

Je n’ai aucun mérite dans ce que je fus
C’est un hasard que je sois né garçon
Par hasard, j’ai vu le croissant, pâle comme un citron
Harcelant les jeunes filles qui veillent
Je n’ai fait aucun effort pour trouver
Une tache de vin à l’endroit le plus intime de mon corps

J’aurais pu ne pas être
Mon père aurait pu ne pas avoir
Épousé ma mère par hasard
J’aurais pu être comme ma sœur
Qui cria puis mourut
Sans s'être aperçue
D’avoir vu le jour pour une heure de temps
Et de pas avoir connu sa mère

Ou alors être comme
Les œufs d’un pigeon qui se sont cassés
Avant de sortir de leur calcaire

C’est un hasard que je sois
Le survivant de l’accident du bus
J’étais alors en retard pour la navette scolaire
Parce que j’avais oublié l’existence et ses conditions
Lorsque le soir je lisais une histoire d’amour
J’y incarnais le rôle de l’auteur
Et celui de l’amant-victime
J’étais alors le martyr de l’amour dans le roman
Et le survivant de l’accident de circulation.

Je n’ai pas de mérite dans la plaisanterie avec la mer
Mais j’étais un garçon écervelé
Amateur de vagabondage dans l’attraction d’une eau
Qui m’appelait : Viens auprès de moi
Je n’ai aucun mérite à avoir été sauvé de la mer
Un albatros humain m’avait secouru
Ayant vu la mer qui me poursuivait et paralysait mes bras

J’aurais pu ne pas être follement
Épris du poème mural
Si la porte d’entrée orientée plein nord
Ne donnait pas sur la mer
Si la patrouille militaire n’avait pas vu le feu du village
Cuisant le pain de la nuit
Si quinze martyrs
Avaient reconstruit les barricades
Si cet espace agricole n’avait pas été brisé
Peut-être serais-je devenu olivier
Ou professeur de géographie
Ou spécialiste du royaume des fourmis
Ou gardien de l’écho

Qui suis-je pour vous dire
Ce que je suis en train de vous dire ?
À la porte de l’église
Moi qui ne suis que le coup de dés
Du prédateur et de la proie
J’ai gagné davantage d’éveil
Non pas pour être heureux d’un clair de lune
Mais pour être témoin du massacre

J’ai survécu par hasard : j’étais plus petit qu’un objectif militaire
Et plus grand qu’une abeille butinant entre les fleurs de la clôture
Et j’ai eu très peur pour mes frères et pour mon père
Et j’ai eu peur pour ce temps tout en verre
Et j’ai eu peur pour mon chat, pour mon lapin
Et pour une lune charmante au-dessus du grand minaret
J’ai eu peur pour les raisins de la treille
Qui pendent comme les mamelles de notre chienne

La peur me porta et je l’ai portée
Pieds nus, ayant oublié les souvenirs de ce que je voulais
Du lendemain – il n’y a pas de temps pour le lendemain-

Je marche/ Je trotte/ Je cours/ Je monte/ Je descends
/
Je crie/ J’aboie/ Je hurle/ J’appelle/ Je braille/
Je me hâte/ Je tombe/ Je m’allège/ Je sèche/ Je vole/
Je vois/ Je ne vois pas/Je trébuche/
Je jaunis/ Je verdis/ Je bleuis/
Je me mutine/ Je larmoie/ J’ai soif/ Je me fatigue/
Je m’épuise/ Je tombe/ Je me relève/
Je cours/ J’oublie/ Je vois/ Je ne vois pas/
Je me souviens/ J’entends/ Je vois/ Je délire/
J’hallucine/ Je murmure/ Je crie/
Je ne peux pas/ Je gémis/ Je deviens fou/ Je me perds/
Je m’amoindris/ Et je me multiplie/ Je tombe/ Je m’élève/
Et je descends/ Je saigne/et Je m’évanouis.

Par chance, les loups avaient disparus de l’endroit
Par hasard ou alors par crainte des soldats

Je n’ai pas joué de rôle dans ma vie
Autre que celui
De lui avoir dit : encore
Lorsqu’elle m’a appris ses psalmodies
D’avoir allumé ses lampes
Et d’avoir essayé de les régler

J’aurais pu ne pas être une hirondelle
Si le vent l’avait voulu
Ce vent qui est la chance du voyageur…
J’ai pris la direction du Nord, de l’Est, de l’Ouest
Quant au Sud, il était trop loin, trop ardu pour moi
Parce que le Sud est mon pays
Alors je suis devenu métaphore d’une hirondelle
pour voler au-dessus de mes débris
Printemps comme automne…
Je baptise mes plumes avec la nuée d’un lac
Et je fais un long ave
Au Nazaréen qui ne meurt pas
Parce qu’il porte le souffle de Dieu
Ce Dieu qui est la chance du prophète…

Et j’ai la chance d’être voisin de la divinité…

Par malchance, la croix
Est l’éternelle échelle vers notre lendemain !

Qui suis-je pour vous dire
Ce que je suis en train de vous dire
Qui suis-je ?

L’inspiration aurait pu ne pas être de mon côté
Cette inspiration qui est la chance des solitaires
Le poème est un coup de dés
Sur un plateau d’obscurité
Qui peut rayonner ou ne pas rayonner
La parole tombe alors
Comme plumes sur le sable

Je n’ai pas de rôle dans le poème
Autre que de m’incliner à son rythme :
Le mouvement des sensations s’accordant l’une l’autre
Une intuition révélant un sens
Une syncope dans l’écho des mots
Une image de moi-même qui est passée
À son alter ego
L’assurance que j’ai à l’égard de moi-même
Et ma nostalgie pour la source

Je n’ai pas de rôle dans le poème
Sauf lorsque l’inspiration tarit
Cette inspiration qui est la chance
du savoir-faire lorsqu’il innove

J’aurais pu ne pas aimer la jeune fille qui
M’a demandé : « quelle heure est-il ? »
Si je n’avais pas été sur le chemin du cinéma…
Elle aurait pu ne pas être la métisse
Qu’elle est, ou être une pensée sombre et hermétique…

C’est ainsi que naissent les mots. 
J’entraîne mon cœur
À aimer afin qu’il puisse contenir la rose et l’épine…

Mes mots sont mystiques et mes désirs sensoriels
Et je ne suis pas celui que je suis maintenant
Sauf lorsque mes deux « moi » se rencontrent :
Mon moi féminin et moi-même

O amour ! qu’es-tu ? Comme tu es toi-même
Sans être toi-même ! O amour ! Souffle sur nous
En tempêtes orageuses afin que nous parvenions
À cette incarnation du céleste dans le charnel à quoi tu nous destines
Et infiltre-toi dans un versant débordant des deux côtés
Car – que tu te manifestes ou que tu te dissimules-
Tu n’as pas de forme
Et nous t'aimons lorsque nous aimons par hasard
Tu es la chance des pauvres gens

Par malchance, j’ai échappé maintes fois
À la mort par amour
Par chance, je suis encore assez frêle
Pour mener l’expérience !

L’amoureux expérimenté se dit à part soi :
C’est l’amour qui est notre mensonge vrai
Et l’amoureuse qui l’entend
De répondre : c’est l’amour, il va et vient
Comme l’éclair et la foudre

À la vie, je dis : patience, attends-moi
Jusqu’à ce que la lie sèche dans ma coupe.
Il y a dans le jardin des roses répandues et l’air
Ne peut échapper à la rose.
Attends-moi afin que les rossignols ne me fuient pas
Car je risquerais alors de faire une fausse note
Sur la place, l’orchestre accorde ses instruments
Pour l’hymne de l’adieu.
Patience ! Tiens-moi par la taille afin que l’hymne ne soit pas
trop long ce qui romprait le rythme entre des stances
Qui sont paires alors que la clausule est impaire :
Vive la vie !
Doucement, étreins-moi afin que le vent ne m’éparpille pas
Même au-dessus du vent, je ne peux me détacher
De l’alphabet

Si je n’étais pas debout sur une montagne
Ce minaret de l’aigle m’aurait fait plaisir : aucune lumière plus haut !
Mais une gloire comme celle qui est couronnée d’un or bleu infini
Est difficile à visiter : le solitaire y demeure solitaire
Et ne peut descendre à pied
Car l’aigle ne marche pas
Ni l’homme ne vole
O cime semblable au précipice
O toi isolement élevé de la montagne !

Je n’ai aucun rôle dans ce que je fus
Ni dans ce que je serai ….
C’est la chance. Et la chance n’a pas de nom
On pourrait l’appeler forgeron de nos destinées
Facteur du ciel
Menuisier du berceau pour nouveau-né et du cercueil pour le regretté
On pourrait l’appeler domestique des dieux dans une mythologie
Où nous leur aurions écrit les textes
Avant de nous cacher derrière l’Olympe…

Les marchands de poteries affamés les ont crus
Et nous avons été démentis par les seigneurs de l’or
À la panse bien pleine par malchance pour l’auteur,
C’est la fiction qui est réaliste sur les scènes du théâtre

Derrière les coulisses, les choses sont différentes
La question n’est pas : quand ?
Mais plutôt : pourquoi ? comment ? et qui ?

Qui suis-je pour vous dire
Ce que je suis en train de vous dire ?

J’aurais pu ne pas exister,
La caravane aurait pu tomber
Dans une embuscade et la famille aurait perdu un garçon,
Même qui écrit maintenant ce poème
Lettre après lettre, saignement après saignement
Sur ce canapé avec du sang de couleur noire
Qui n’est ni l’encre du corbeau, ni sa voix
Mais plutôt un concentré de toute la nuit
Goutte à goutte, avec la main chanceuse et géniale

La poésie aurait pu gagner davantage si
Quelqu'un d'autre que lui avait été la huppe
Au-dessus du cratère du précipice
Peut-être a-t-il dit : si j’étais un autre
Je serais devenu moi-même une autre fois

C’est ainsi que je ruse : Narcisse n’était pas beau
Comme il l’avait cru. Mais ceux qui l’ont fabriqué
L’ont piégé dans son miroir. Et il contempla longuement
L’air distillé dans l’eau…

S’il avait pu voir quelqu’un d’autre
Il aurait aimé une jeune fille qui le scrutait du regard,
Oubliant les rennes trottant entre tulipes et coquelicots…

S’il était été un peu plus intelligent
Il aurait brisé son miroir
Et il aurait vu à quel point il était lui-même les autres…

S’il avait été libre, il ne serait pas devenu un mythe…

Le mirage est le livre du voyageur dans le désert.
Sans livre, sans mirage, il n’aurait pas continué la marche
À la recherche de l’eau. Il se dit : ceci est un nuage
Et il prend d’une main l’aiguière de ses espoirs et de l’autre
Il se tient la hanche. Il bat des pas sur le sable
Pour concentrer les nuages dans un trou.
Mais le mirage l’appelle,
Le tente, le dupe puis le hisse : lis
Si tu le peux. Écris si
Tu le peux. Il lit : « eau », « eau »,
« Eau ».
Et il écrit une ligne sur le sable : n’eût été le mirage
Je ne serais pas en vie jusqu’à maintenant

Par chance pour le voyageur, l’espoir
Est le frère jumeau du désespoir, ou alors sa poésie improvisée
Lorsque le ciel semble gris
Et que j’aperçois une rose qui soudain a fait saillie
À travers les lézardes d’un mur.
Je ne dis pas alors : le ciel est gris
Mais je scrute longuement la rose
Et lui dis : ah quelle journée !

Et à deux de mes amis je dis au seuil de
La nuit
S’il faut rêver, que notre rêve soit
Comme nous…et qu’il soit simple
Par exemple : que nous trois
Nous dînerons ensemble dans deux jours
Pour fêter la prophétie de notre rêve
Et qu’il ne manque personne de nous trois
Depuis deux jours,
Fêtons donc la sonate de la lune
Et la tolérance d’une mort qui nous ayant vus heureux ensemble
A fermé les yeux !
Je ne dis pas que loin, là-bas, la vie est possible

Ni que l'espace est imaginaire.
Je dis plutôt que la vie ici est possible
Que la terre est devenue sainte par hasard
Non pas parce que ses lacs, ses collines et ses arbres
Sont une copie du paradis de l’au-delà
Mais parce qu’un prophète a marché par ici,
Qu’il a prié sur un rocher à l’avoir fait pleurer
Et que la colline est tombée en pâmoison,
Par crainte de Dieu

Et c’est par hasard que la pente du champ est devenue
Dans cette ville, un musée des vétilles…
Parce que des milliers de soldats sont morts là-bas
Des deux côtés, pour défendre deux chefs qui
Disaient : allons. Et attendaient le butin dans
Deux tentes en soie, des deux côtés…

Les soldats sont morts plusieurs fois sans savoir
Jusqu’à maintenant qui a remporté la guerre !
C’est par hasard que quelques chroniqueurs ont vécu et ils ont dit :
Si les autres avaient vaincu leurs autres
L’histoire humaine aurait eu d’autres intitulés

O terre tout en verdure. Pomme. « Je t’aime ainsi verte»
Tu ondoies dans la lumière et dans l’eau. Verte. Ta nuit
Est verte. Ton aube est verte. Sème-moi en toute douceur…
Avec la douceur d’une main maternelle, dans une poignée d’air.
Je suis une de tes semences vertes…

Ce poème là n’a pas un seul auteur
Il aurait pu ne pas être lyrique…

Qui suis-je pour vous dire
Ce que je suis en train de vous dire ?
J’aurais pu ne pas être ici…

Mon avion aurait pu s’écraser
Un matin,
Mais j’ai la chance d’être un lève-tard
Et j’ai donc raté l’avion
J’aurais pu ne pas connaître Damas, le Caire
Le Louvre et les villes enchanteresses

Si je marchais plus lentement,
Le fusil aurait pu supprimer mon ombre
Du cèdre qui veille
Si je marchais plus rapidement
J’aurais pu recevoir un éclat d’obus
Et devenir une idée passagère
J’aurais pu, si j’abusais du rêve,
Perdre la mémoire.

Par chance, je dors seul
Et je peux donc être à l’écoute de mon corps
Et croire au talent que j’ai pour découvrir la douleur
J’appelle le médecin, avant de mourir de dix minutes,
Dix minutes suffisent pour que je vive par hasard
Et que je déçoive le néant
Qui suis-je pour décevoir le néant ?
Qui suis-je ? Qui suis-je ?













Mahmoud Darwish


jueves, noviembre 08, 2018

Sobre Esta Tierra


Sobre esta tierra hay algo que merece vivir: la indecisión de abril, el olor del pan al alba, las opiniones de una mujer sobre los hombres, los escritos de Esquilo, las primicias del amor, la hierba sobre las piedras, las madres erguidas sobre un hilo de flauta y el miedo que los recuerdos inspiran a los invasores.

Sobre esta tierra hay algo que merece vivir: el fin de septiembre, una dama que entra, con toda su lozanía, en la cuarentena, la hora del sol en la cárcel, una nube que imita un grupo de seres, las aclamaciones de un pueblo a quienes ascienden a la muerte sonriendo y el miedo que las canciones
inspiran a los tiranos.

Sobre esta tierra hay algo que merece vivir: sobre esta tierra está la señora de la tierra, la madre de los comienzos, la madre de los finales. Se llamaba Palestina. Se sigue llamando
Palestina. Señora: yo merezco, porque tú eres mi dama, yo merezco vivir.
















Mahmoud Darwish

Traducción del árabe: María Luisa Prieto

Sur Cette Terre


Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie : l’hésitation d’avril, l’odeur du pain à l’aube, les opinions d’une femme sur les hommes, les écrits d’Echyle, le commencement de l’amour, l’herbe sur une pierre, des mères debout sur un filet de flûte et la peur qu’inspire le souvenir aux conquérants.

Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie : la fin de septembre, une femme qui sort de la quarantaine, mûre de tous ses abricots, l’heure de soleil en prison, des nuages qui imitent une volée de créatures, les acclamations d’un peuple pour ceux qui montent, souriants, vers leur mort et la peur qu’inspirent les chansons aux tyrans.

Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie : sur cette terre, se tient la maîtresse de la terre, mère des préludes et des épilogues. On l’appelait Palestine. On l’appelle désormais Palestine. Ma Dame, je mérite la vie, car tu es ma Dame.













Mahmoud Darwish

Traduction : Elias Sanbar


miércoles, noviembre 07, 2018

Mrs Moreno


Medellin, Colombia.
The kettle runs out of breath,
nursed back to life
by a pair of hands with skin
colored by storms.

“There’s no day I don’t think about them,”
her hands sing into the cup
filling it with the richness of her coffee,
her words lead me
to the portraits of two handsome men— her sons.

“I thought I couldn’t live on,”
she turns and hands me the cup.
I feel her kindness
swell inside my throat;
she tells me about the bottomless
depth of loss
and what it means
to have both sons’ lives
taken away by guns.

Mrs. Moremo holds my hands.
“Don’t worry,” she says,
“I am okay. I have God’s love.”
In her eyes, I find the light of truth,

and suddenly I am no longer
a stranger in a home
that smells like my grandmother’s
even though
it’s on the other side of the globe.

When Mrs. Moreno reaches
out to hold me to her heart
I hear faith
speak in a language
that needs no translation.







Heroína Zapata, Mrs Moreno




Nguyen Phan Que Mai

miércoles, octubre 31, 2018

La Rosa De Los Vientos


Yo que encarno mis versos por los caminos de esta ciudad

Y que espero en su aurora un alma plena y de libertad
Tengo derecho al vino hasta el extremo de emborrachar
                           Al sexo y los placeres si es esta vida tan mundanal
Y no podré quedarme en paz si bebo amor, mi amor, y es tu amor y así sé soñar
                                        Si es mi ilusión no en soledad poder cantar hasta estallar

   Que como tengo amigos que como locos saben soñar
      A ellos es que dedico yo esta canción, su palpitar
   Que si de pronto olvido todo el amor en su trasegar
      Es que me estoy en vilo tranquilo el poro 
             Escuchando el mar

Y así mi sueño ahora anda loco y salta y canta y hasta se ríe un poco
Pues lo que tiene siempre le alcanza: si vive y muere
   Hombre, es que así se marcha.

Laila...












Fredy Alonso Herrón


miércoles, octubre 24, 2018

Bureau De Tabac


Je ne suis rien
Je ne serai jamais rien.
Je ne puis vouloir être rien.
A part ça, je porte en moi tous les rêves du monde.

Fenêtres de ma chambre,
De la chambre d’un seul parmi des millions d’êtres sans personne qui le connaisse
(Et que saurait le monde s’il le connaissait?),
Vous donnez sur le mystère d’une rue où se croisent constamment les gens,
Une rue inaccessible à toute pensée,
Réelle, d’une réalité impossible, précise, d’une précision inconnaissable,
Avec le mystère des choses dans le soubassement des pierres et des êtres,
Avec la mort, la poussière humide des parois et les cheveux blancs des hommes,
Avec la destinée qui conduit le carrosse de tout sur les routes du rien.

Aujourd’hui je suis vaincu, comme si je savais la vérité;
Aujourd’hui je suis lucide, comme si j’étais prêt de mourir,
N’ayant plus d’autre fraternité avec les choses
Que celle d’un adieu ; cette maison change et ce côté-ci de la rue devient
L’enfilade des wagons d’un train, et le sifflet du départ
Au-dedans de ma tête,
Et une secousse de mes nerfs et un craquement d’os s’en allant.

Aujourd’hui je suis perplexe, comme celui qui pense, et trouve, et oublie.
Aujourd’hui je suis divisé entre la loyauté que je dois
Au Bureau de Tabac de l’autre côté de la rue, comme une chose réelle au dehors
Et à la sensation que tout ceci n’est qu’un rêve, comme une chose réelle au dedans.

En tout j’ai failli.
De n’avoir jamais rien proposé, tout peut-être fut-il jamais rien
Les apprentissages que j’ai reçus, tous
je les ai jetés par la fenêtre, en arrière dans les cours au loin.
Je suis parti jusqu’aux champs avec de grands espoirs,
Mais je n’ai trouvé là qu’herbages et forêts,
Et quand il y avait quelqu’un il était pareil aux autres.
Je m’éloigne de la fenêtre, je m’assieds sur une chaise. À quoi vais-je penser?

Puis-je savoir qui je serai moi qui ne sais pas qui je suis?
Être ce que je pense être ? Mais je pense être tant de choses!
Et il y en a tant qui pense être la même chose, qu’il ne se peut qu’il y en ait tant!
Un génie? En ce moment
Cent mille cerveaux se conçoivent en rêve aussi génial que moi,
et l’histoire n’en retiendra, qui sait? peut-être, pas même un seul ;
Il n’y aura que le fumier qui restera de tant de conquêtes futures.
Non, non, je ne crois pas en moi.
Dans tous les hôpitaux, il y a des détraqués qui souffrent de tant de certitudes!
Moi qui n’aie plus aucune certitude, ai-je plus ou moins de foi?
Non. Pas même en moi!
Dans combien de mansardes et de non-mansardes du monde
Y a-t-il à cette heure génies-pour-soi-même occupés à rêver?
Combien de hautes, nobles et lucides aspirations –
Oui, véritablement hautes, nobles et lucides –
Et qui sait peut-être, réalisables,
Ne verront la clarté réelle du soleil, ni ne retentiront à nos oreilles.
Le monde est à ceux qui naissent pour le conquérir,
Et non à ceux qui rêvent de pouvoir le conquérir, même à bon droit.
J’ai plus rêvé que n’a pu agir Napoléon.
J’ai serré contre ma poitrine hypothétique plus d’humanité que le Christ.
J’ai conçu en secret des philosophies que nul Kant n’a écrites.
Mais je suis, et serais peut-être pour toujours, celui de la mansarde,
Sans que j’y demeure pour autant ;
Je serais toujours celui qui n’était pas né pour ça ;
Je serais toujours celui qui, seul, avait des dispositions ;
Je serais toujours celui qui attend qu’on lui ouvre la porte auprès d’un mur sans porte
Et chante le chant de l’Infini dans un poulailler
Et entend la voix de Dieu dans un puit obstrué.
Croire en moi? Non, ni en rien.
Que la Nature déverse sur ma tête ardente
Ses soleils, ses pluies, le vent qui tourmente mes cheveux
Et que le reste vienne s’il vient, ou doit venir – ou qu’il ne vienne pas.
Esclaves cardiaques des étoiles,
Nous avons déjà conquis le monde avant de nous lever du lit
Mais nous nous réveillons et il est opaque
Nous nous levons et il est à d’autres
Nous sortons de nous et il est la terre entière,
Plus le système solaire et la Voie Lactée et l’Indéfini.

(Mange des chocolats, fillette;
Mange des chocolats!
Comprends qu’il n’est rien de plus métaphysique au monde que le chocolat.
Comprends que toutes les religions n’enseignent que la confiserie.
Mange, petite cochonne, mange!
Puissè-je manger des chocolats avec autant de vérité que tu les manges!
Mais je pense, en retirant le papier d’argent qu’il n’est que feuille d’étain,
Et je laisse tout tomber par terre comme j’ai laissé tomber ma vie.)

Mais au moins reste-t-il l’amertume que je ne serais jamais
Le rapide calligraphe de mes vers
Portique brisé au départ de l’Impossible
Mais au moins ai-je consacré à moi-même un mépris sans larmes
Noble au moins dans le geste large avec lequel je jette
Le linge sale que je suis, sans reçu, dans le décours des choses,
Et je reste chez moi sans chemise.

(Toi qui consoles, qui n’existes pas et pour cela consoles,
Déesse grecque, conçue comme statue autrefois vivante,
Ou bien patricienne romaine, infiniment noble et néfaste,
Ou princesse de troubadours, très gente dame enluminée,
Ou marquise du dix-huitième siècle, lointaine et décolletée,
Ou cocotte célèbre du temps de nos pères,
Ou je ne sais quoi de moderne – je ne sais trop concevoir ce que c’est –,
Tout cela, qu’il soit ou que tu le sois, s’il peut m’inspirer qu’il m’inspire!
Il s'est renversé le baquet de mon cœur...
Comme ceux qui invoquent les esprits invoquent des esprits je m’invoque
Moi-même et je ne trouve rien.
Je vais à la fenêtre et je vois la rue avec une netteté absolue.
Je vois les magasins, je vois les trottoirs, je vois les voitures qui passent.
Je vois des êtres vêtus, vivants qui se croisent,
je vois des chiens qui, eux aussi, existent,
et tout cela me pèse comme une condamnation au bagne,
et tout cela est étranger, comme tout le reste.)

J’ai vécu, étudié, aimé – et même été jusqu’à croire,
et aujourd’hui, pas un seul mendiant que je n’envie de n’être pas moi.
En chacun d’eux je vois les haillons, et les plaies et la prose
Et je me dis : «peut-être n’as-tu jamais vécu ni étudié, ni aimé, ni eu la foi.»
(Car il est possible de rendre la réalité de tout ceci sans rien faire de cela) ;
«Peut-être, lézard dont on a coupé la queue, ton existence fut-elle écourtée
et la queue séparée du lézard frétille-t-elle avec frénésie».

Je ne sais ce que j’ai fait de moi,
Et ce que je pouvais faire de moi je ne l’ai pas fait.
Le domino que j’ai revêtu n’était pas le bon.
On m’a pris aussitôt pour ce que je n’étais pas, je n’ai pas démenti et me suis perdu.
Quand j’ai voulu ôter le masque
Il me collait au visage.
Quand je l’ai ôté et me vis dans le miroir,
J’avais déjà vieilli.
J’étais soûl, je ne savais plus porter le domino que je n’avais pas enlevé.
J’ai laissé tomber le masque et j’ai dormi au vestiaire
Comme un chien toléré par le gérant
Parce qu’il est inoffensif –
Et je vais écrire cette histoire afin de prouver que je suis sublime.

Essence musicale de mes vers inutiles,
Qui me donnera de te rencontrer comme une chose que j’ai faite,
Sans rester toujours en face du Bureau de Tabac d’en face,
Foulant aux pieds la conscience d’être… existant,
Comme un tapis où un ivrogne vient s’empêtrer,
Comme une paillasse que les tsiganes ont dérobée, et qui ne vaut rien.

Mais le Patron du Bureau de Tabac est venu à la porte, et il s’est arrêté à la porte.
Je le regarde avec l’inconfort d’une tête mal tournée
Et avec l’inconfort d’une âme mal entendant.
Il mourra, et je mourrai.
Il laissera une enseigne et moi des vers.
Après un certain temps mourra l’enseigne aussi, et les vers, aussi.
Et puis un temps encore et mourra la rue où était l’enseigne,
Et la langue dans laquelle furent écrits les vers.
Mourra enfin la planète tournante où tout cela s’est produit.
Sur d’autres satellites, d’autres systèmes, quelque chose comme des gens
Continuera de faire des sortes de vers et de vivre à l’ombre de sortes d’enseignes,
Une chose toujours en face d’une autre,
Une chose toujours aussi inutile qu’une autre,
Une chose toujours aussi stupide que le réel,
Le mystère du fond toujours aussi certain que l’absence de mystère de la surface,
Toujours ceci ou toujours autre chose, ou bien ni une chose ni une autre.

Mais un homme est entré dans le Bureau (pour acheter du tabac?)
Et la réalité plausible me tombe soudainement dessus.
Je me redresse à demi, énergique, convaincu, humain,
et je m’en vais avec l’intention d’écrire ces vers où je dis le contraire.

J’allume une cigarette en pensant les écrire
Et je savoure dans la cigarette la libération de toutes les pensées.
Je suis la fumée des yeux comme mon propre itinéraire,
Et je goûte dans un moment de sensibilité mêlé de compétence
A la libération de toutes les spéculations
Et à la conscience que la métaphysique n’est que la conséquence d’une indisposition.

Puis je me renverse sur ma chaise
Et je continue à fumer.
Tant que le destin me l’accordera je continuerai à fumer.

(Si j’épousais la fille de ma blanchisseuse,
Peut-être serais-je heureux.)
Ceci dit, je me lève de ma chaise. Je vais à la fenêtre.

L’homme est sorti du Bureau de Tabac (en mettant la monnaie dans la poche de son pantalon?)
Ah, je le connais: c’est Estève sans métaphysique.
(Le Patron du Bureau de Tabac est revenu à la porte.)
Avec un instinct de divination, Estève s’est retourné et il m’a vu.
Il m’a salué de la main, je lui ai crié: «Salut Estève!», et l’univers
S’est reconstruit en moi sans idéal et sans espoir, et le Patron du Bureau de Tabac a souri.















Fernando Pessoa (Álvaro de Campos)

Traduction de
Christian Guernes